Exercice

Tendinite, épicondylite, bursite… : mode d’emploi!

Un article de Cardio Plein Air Sherbrooke

Nous connaissons tous quelqu’un qui souffre d’une douleur quelconque à l’épaule, au coude ou au genou. Si vous êtes dans cette situation, il est important de consulter un spécialiste pour déterminer le plus tôt possible ce qui cause cet inconfort. C’est seulement à la suite d’un bon diagnostic qu’un plan d’action efficace peut être mis en place.

Voici quelques troubles musculosquelettiques fréquemment rencontrés ainsi qu’un mode d’emploi qui vous aidera à savoir quoi faire si vous souffrez de ces affections.

Bursite : Inflammation d’une bourse séreuse

Les bourses séreuses sont présentes aux articulations et favorisent le glissement des tendons sans frottement sur l’os. L’inflammation d’une bourse peut être due à une atteinte préalable du tendon avoisinant.

Tendinopathies : Famille des affections du tendon

Les tendons sont les structures reliant le muscle à l’os. On utilise souvent à tort le terme tendinite qui réfère à une inflammation de la structure. Il a été démontré que bien souvent, il y a atteinte du tendon sans toutefois que celui-ci présente de l’inflammation.

  • Tendinose : Affection chronique du tendon pouvant mener à sa dégénérescence.
  • Tendinite : Inflammation du tendon.
  • Tendinopathie des épicondyliens : Communément appelée épicondylite, cette affection désigne la douleur à l’insertion des muscles au coude.

Capsulite : Inflammation de la capsule

La capsule est l’enveloppe entourant l’articulation. Si celle-ci est atteinte, toute l’articulation en souffre. Le syndrome de l’« épaule gelée » est le type de capsulite le plus courant. Les mouvements sont ainsi très limités et les muscles auront tendance à s’atrophier.

Quoi faire?

Phase 1 : Présence de douleur aiguë et d’inflammation

Repos

Ne bougez pas l’articulation dans les zones douloureuses. Si nécessaire, immobilisez celle-ci jusqu’à ce que la douleur diminue.

Glace

Pour diminuer l’inflammation et réduire la douleur, mettez de la glace 10 minutes chaque heure. Mettez la glace dans un sac ou une serviette pour éviter de brûler la peau avec un contact direct.

Prise d’anti-inflammatoires

Si nécessaire, prenez des anti-inflammatoires oraux pour diminuer la douleur et l’inflammation. Dans les cas de douleur chronique, votre médecin peut vous proposer des injections de cortisone. Il faut toutefois savoir que même si la douleur diminue, la cause de celle-ci n’est pas réglée. Il s’agit donc d’une solution temporaire.

Phase 2 : Réadaptation

Étirements

Retrouver le maximum de mobilité est la priorité. Étirez les muscles entourant l’articulation pour que celle-ci retrouve sa fonctionnalité.

Renforcement

Puisque la partie blessée a été immobilisée ou sous-utilisée pour un certain temps, il sera nécessaire de faire des exercices pour renforcer les muscles affaiblis.

Exercices cardiovasculaires

30 minutes de marche active par jour permettront une bonne circulation sanguine et favoriseront ainsi la guérison. Trouvez une activité qui ne cause aucune douleur à votre blessure.

Phase 3 : Maintien de la forme

Reprise des activités

Soyez bien à l’écoute de votre corps et reprenez graduellement vos activités d’avant. Si vous sentez que la douleur revient lorsque vous faites certains mouvements, revenez aux étapes précédentes. Il est important de se rappeler que la durée nécessaire à une guérison complète varie d’une personne à l’autre.

Dans tous les cas, il est important de consulter un professionnel de la santé spécialisé dans le système musculosquelettique qui pourra vous accompagner à travers les différentes étapes de la guérison, comme un médecin sportif, un physiothérapeute, un kinésithérapeute, un ostéopathe ou un chiropraticien. Les approches varient de l’un à l’autre et c’est en essayant que vous trouverez ce qui vous convient le mieux.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.